Digue de Thiawlène, Rufisque   Recently updated !


Aménagement participatif d’un parcours sportif / Avril 2017 / Digue de Thiawlène à Rufisque (Sénégal) / Collectif Fil avec l’association Flam’Africa, soutenu par la ville de Nantes

Co-production avec les habitants et structures associées (mairie de Rufisque, comités locaux) / Co-production avec les habitants des aménagements extérieurs et mobilier / Réemploi de matériaux locaux et non utilisés / Intervention urbaine et architecturale


#1 Un projet en réponse à la venue du Collectif Fil en 2015

Le projet d’aménagement de la digue de Thiawlène en 2017 fait suite aux rencontres et études menées par une partie des membres du Collectif Fil en 2015.
Cette première venue avait permis de soulever des envies habitantes autour de la digue de Thiawlène. Différents axes interventions avaient été proposés aux habitants (aménagements liés au sport, tourisme, assainissement, éducation, etc.)

#2 Un travail avec les structures locales

En 2017, le Collectif Fil associé à Flam’Africa la collectivité rufisquoise et aux habitants a proposé des premières esquisses d’aménagements pouvant être réalisés lors de 2 semaines sur site.

Au delà d’aménager un espace de la digue, l’idée était d’enclencher une dynamique autour d’un endroit peu fréquenté. Nous avons ciblé différents types d’intervention qui permettaient d’enclencher celle-ci : aménagements d’agrès sportifs & mise en valeur du parcours par la peinture.

Un vrai travail a été mené auprès des structures locales afin de récupérer des matériaux (poteaux électriques en bois, sable), de bénéficier d’une aide logistique (véhicules motorisés).

#3 Le temps du chantier

Les premières actions sur la digue (déblaiement, nettoyage, mesures) ont intrigué, et nous ont permis de rencontrer les habitants qui n’avaient pas eu vent du projet, dont de nombreux enfants particulièrement curieux. L’occasion d’être accueilli dans l’atelier de Birane, menuisier du quartier, et accompagné par une dizaine d’habitants du quartier en continu.

Nos actions se sont principalement focalisées sur la construction d’aménagements sportifs sur la digue et la mise en valeur du parcours par des peintres locaux (et habitants).

Ces semaines de co-conception et fabrication nous ont permis de beaucoup échanger, de s’adapter au contexte de travail, d’apprendre des techniques employées localement (outils manuels, création d’outils sur mesure, technique de découpe, …).

#4 La poursuite du travail amorcé

La dynamique enclenchée autour de l’aménagement du parcour sportif de la digue a permis de mettre en lien de nombreux acteurs locaux.

Faire collectivement, en apprenant des techniques sénégalaises et françaises, utiliser uniquement des matériaux et outils locaux, étaient aussi dans cette logique de poursuite d’aménagements sur la digue, au delà de notre présence.

Après notre départ, l’État du Sénégal et le ministère de l’environnement ont lancé un appel d’offre visant à aménager la digue dans son ensemble et faire la connexion avec le tissu urbain. Le projet consiste à aller plus loin que l’aménagement mobilier de la digue en touchant aussi :

– le système de collecte des ordures via la formation des relais sur le terrain autour du tri sélectif, formation des femmes autour du compost, formation des éclaireurs pour assurer la sensibilisation

– le jardinage, à travers la formation des femmes pour la production de produits bio sur la digue

– une campagne de nettoiement de manière générale

Début août 2017, une entreprise a été sélectionnée par l’appel d’offre et les 1eres rencontres sur le terrain ont eu lieu. Les habitants de Thiawlène avec qui nous avons travaillé sur le chantier, seront prioritaires pour travailler dans l’équipe qui poursuivra les aménagements urbains !